Débat: 7 affirmations montrant que les tutsi congolais nexistent pas!

Mercredi, 08 Août 2012 16:25 Aurélie Nyssen
Imprimer PDF

 

ruberwaLa récente résurgence d’une énième rébellion d’obédience « tutsi » dans le Kivu meurtri depuis qu’il consentit en 1994, le sacrifice humanitaire unique dans l’histoire mondiale des déplacés et réfugiés, d’ouvrir ses frontières à plus de deux millions de réfugiés rwandais fuyant les affres inoubliables du génocide rwandais a replacé à la une des foras et discussions sur les réseaux sociaux entre congolais, la problématique  dite des « tutsi congolais » ou encore « banyamulenge ». En effet, de ce flot de milliers de mails, commentaires facebooks et posts twitter échangés, d’une dureté rare, de passions politiques exacerbées et souvent empruntes de querelles  de niveau puériles, surgissent certaines interventions comme des pépites dans une vase méritant une exposition plus amène.

Ainsi au détour d’un débat sur l’existence ou pas des accords de Lemera déclenché par l’un des communicateurs kabiliste, Papy Tamba via mail et citant Kwebe Kimpele, ex journaliste vedette de l’OZRT et cadre de la défunte chaîne d’état zaïroise, ce dernier lui a répondu non sans maestria sur la problématique de l’existence des « tutsi congolais » ou « banyamulenge ».

Par sa pertinence et ses affirmations sourcées, la rédaction de Congo365.com (redactioncongo@365gmail.com) décide de publier cette réponse in extenso tout en lui attribuant un titre. Congo365.com veut donc par cet acte éditorial promouvoir la qualité dans les échanges entre congolais et autres sur le Congo et ainsi élever le niveau du débat et donc le degré de compréhension des lecteurs et de l’opinion congolaise tant de la diaspora que du pays sur les questions brûlantes de l’heure !  Comme le disait Rousseau « une opinion ne peut être juste que quand elle a une information totale ».

Bonne lecture.

 


Mon cher Tamba,  

Etant actuellement absorbé par un travail qui ne me laisse guère le temps de participer aux débats qui font rage sur le Net au sujet du Congo, je ne peux pas, malheureusement,  ferrailler à mon tour et  débarquer dans l'arène des  échanges aigres doux qui vous opposent à certains congolais.  Dans le mail ci-dessous que vous avez adressé à vos nombreux correspondants, vous citez par deux fois mon nom, en le faisant même précéder du qualificatif "grand".  Je vous en remercie. Je me suis donc senti interpellé.  

Avant tout propos et à  titre d'information, je vous ferai suivre un mail que j'ai adressé naguère à Robert Mbelo sur la question des Tutsis congolais, une expression qui fleurit dans tous les médias et sur toutes les lèvres y compris des Congolais. Après sa lecture, vous en ferez l'usage que vous jugerez opportun ou utile. 

Mais toute réaction à votre mail ci-dessous,  permettez-moi  de vous rappeler des faits historiques touchant  le destin du Congo, sa superficie et surtout la composition ethnique  de sa population que seuls, les ignorants peuvent contester: 

1. La création du Rwanda, en tant qu'Etat, remonte au 17e siècle, soit plus de 200 ans  avant la reconnaissance internationale, le 26 février 1885,  de l'EIC, Etat indépendant du Congo, propriété privée et exclusive de Léopold 2, roi  des Belges. 

 

2. Le Rwanda devint ensuite une colonie de la puissante Allemagne, sous le redoutable chancelier Otto Von Bismarck. Par conséquent, la terre du Rwanda, de même que la population rwandaise à savoir, les Hutus majoritaires, les Tutsis minoritaires et une insignifiante fraction de Twa (Pygmées) furent entièrement assujettis à l'Allemagne. 

3. Pour obtenir,  en date du 26 février 1885, la reconnaissance internationale de ses titres de propriété ( en réalité un millier de traités de cession de souveraineté, rédigés en anglais,  signés avec de l'encre de sang et arrachés aux  propriétaires des terres des Bantous), Léopold 2 s'appuya sur le chancelier Otto Von Bismarck dont il était le compatriote puisque c'est la dynastie des Saxe Cobourg Gotha, originaire d'Allemagne,  qui a fourni à la Belgique, après vote, son premier roi en la personne de Léopold 1er, père de Léopold 2.  

Le propriétaire de l'EIC, Léopold 2 donc, maître absolu d'un domaine de plus de 2 millions de km² situé en Afrique centrale, dut la reconnaissance internationale sur les documents fonciers qu'il présenta aux  14 délégués des puissances coloniales européennes de l'époque  (plus un délégué américain accepté à titre d'observateur à  la conférence de Berlin ) grâce à son bienfaiteur Bismarck.  Ici, il faut bien se mettre en tête que la superficie de l'EIC fut obtenue par la juxtaposition ou l'addition des terres ayant appartenu jadis  aux empires, aux royaumes, aux ethnies, tribus et autres organisations traditionnelles, le tout formant la propriété  presque exclusivement des Bantous et, accessoirement, de Soudano-nilotiques.   Mais, et c'est un point crucial, parmi ce millier de traités de cession de souveraineté conservés actuellement au  Musée de Tervuren dans la banlieue de Bruxelles, ne figure pas,  une seule signature de mwami tutsi ou hutu rwandais, ou burundais. Dans le cas contraire, on serait habilité à déduire que les terres et les populations de ces deux ethnies rwandaises ou burundaises se retrouvèrent incluses dans l'EIC, confisquées en somme par Léopold 2, au vu et au su du chancelier Otto Von Bismarck mais sans que ce dernier n'y trouve à redire. Il existe en outre une carte ethnographique datant de la même époque, qu'on peut se procurer dans le même établissement. On a beau la scruter, impossible d'y trouver la moindre trace d'une ethnie répondant aux noms de Tutsis, de Hutus, de Banyamulengue, de Banya-Uvira, de Banya-Bushi, de Rwandophones, autant de néologismes et de monstruosités lexiques apparues au Congo bien après le 30 juin 1960.  

Par conséquent, dès ce moment c'est-à-dire, dès le 26 février 1885, prétendre qu'il existait des Tutsis sur le territoire de l'EIC, c'est affirmer que le roi Léopold 2 se serait permis de  s'emparer d'une portion du Rwanda et des populations rwandaises, notamment des Tutsis, appartenant à son protecteur allemand. Je ne vous ferai pas l'insulte d'imaginer, mon cher Tamba, que vous pourriez entériner pareille aberration et commettre une erreur d'appréciation intellectuelle qui me conduirait à douter de votre âge mental. 

4. Le 15 novembre 1908, pour cause de dettes , l'EIC fut confisqué par les créanciers de Léopold 2 et, sous le nom de Congo belge, fut  confié  à l'Etat belge pour sa gestion , en vue de payer les lourdes créances laissées par l'ancien patron de l'Etat indépendant du Congo. La Belgique n'a donc jamais été la propriétaire du Congo belge. Elle en fut simplement l'administratrice, un peu comme le président du conseil d'administration d'une entreprise. A partir du 15 novembre 1908, l'EIC, de propriété privée d'un roi, devint le bien public d'un syndicat constitué par les créanciers du monarque, fonctionnant ainsi comme une SA, une société anonyme.  C'est une situation unique dans l'histoire du monde. Soit noté en passant,  de 1908 à 1960, pendant 52 ans, les indigènes congolais payèrent et apurèrent des dettes colossales souscrites par un souverain étranger, mais  qu'ils n'avaient jamais contractées et dont ils ignoraient aussi bien le montant que la raison d'être. Mêmesles délégués congolais à la table ronde de Bruxelles (du 20 janvier au 20 février 1960) passèrent complètement à côté de ce dossier, pourtant essentiel pour comprendre le destin du Congo et le rôle que ce pays joua durant le 20e siècle. 

5. A la défaite de l'Allemagne à l'issue de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918, Berlin perdit toutes ses possessions coloniales africaines , y compris la Namibie, le Togo, le Cameroun, mais aussi le Rwanda et le Burundi. Curieusement,  alors que les puissances coloniales européennes victorieuses de l'Allemagne, notamment la France et l'Angleterre,  se sont partagées toutes les anciennes terres coloniales d'Afrique ayant appartenu à l'ennemi allemand vaincu; seuls le Rwanda et le Burundi furent placés sous le mandat de la Belgique par la SDN, la Société des Nations, ancêtre de l'ONU. C'est à  partir de cette date qu'apparut un étrange  ensemble dénommé Congo belge et Rwanda-Urundi, et non pas Congo et Rwanda-Urundi belges. Qu'est-ce à dire ? Mais tout simplement que le Rwanda et le Burundi de même que leurs populations respectives, Hutus, Tutsis et Twa y compris ne furent jamais mélangés avec les indigènes du Congo belge. 

6. A partir du début de la décennie 1960, le Congo Belge, le Rwanda et l'Urundi (le Burundi) accédèrent chacun à l'indépendance,  conservant  les mêmes frontières et les mêmes entités ethniques qu'ils possédaient avant la défaite allemande de 1918. 

7. Trois vagues d'immigrations de Tutsis et de Hutus, provenant aussi bien du Rwanda que du Burundi affluèrent vers le Congo, les unes légalement pour suppléer le déficit de main d'oeuvre, les autres clandestinement. Mais quel que soit le statut sous lequel les immigrants parvinrent  au Congo belge, jamais le pouvoir colonial belge ne les mélangea avec leurs propres sujets congolais. En fait, l'autorité coloniale belge mit un soin particulier à bien séparer les étrangers de ses propres indigènes colonisés, qu'ils soient Tutsis, Hutus, Togolais, Costmen ou autres.  

Telle fut le situation le 30 juin 1960, date de l'indépendance du Congo, il y a 52 ans. 

Les sept affirmations ci-dessus peuvent évidemment être contestées par vous ou par quiconque d'autre. En outre, je conçois parfaitement qu'elles puissent être  niées et battues en brèche. Mais il ne faudrait surtout pas qu'elles le fussent  de façon arbitraire, discrétionnaire ou péremptoire. Seuls  les faits, les dates et une analyse historique cohérente des évènements sont susceptibles de les démolir.  Je vous attends avec impatience sur ce chantier. Les amateurs d'insultes sont priés de s'abstenir. 

Qu'il puisse exister des Hutus ou des Tutsis, rwandais ou burundais ayant acquis légalement la nationalité congolaise et pouvant produire les preuves documentaires de leur nouvelle patrie, personne ne peut, a priori, le nier. Mais qu'il y ait, quelque part sur les 2.345.000 km² de superficie du pays présentement dénommé "République démocratique du Congo", un village, un groupement, un territoire, un district, une province, une ville ou un centimètre carré de terre  appartenant historiquement c'est-à-dire  avant le 26 février 1885, aux Tutsis ou aux Hutus Rwandais ou Burundais,  voilà, mon cher Tamba, une affirmation qu'il faudra que son auteur puisse m'en administrer les preuves matérielles, d'essence historique et d'origine ethnographique. D'avance, je lui souhaite  bonne chance dans son entreprise périlleuse. 

Quant au "plan de colonisation du Kivu", prêté aux Tutsis et que vous contestez bruyamment dans votre mail, je vous prie de vous montrer moins affirmatif sinon, plus prudent. Je n'ai pas encore pris le temps d'analyser plus finement les arguments que vous avez déployés pour attaquer ce document en nullité. Je le ferai prochainement. Il existe, malheureusement, un autre document datant d'octobre 2002, qui confirme point par point le dessein annexionniste des Tutsis rwandais. Il existe aussi des faits, des noms, des dates et des évènements qu'une intelligence moyennement constituée devrait pouvoir comprendre et dont elle devrait facilement valider la cohérence avec la pièce historique que vous essayez de sacquer. Il vous suffirait, par exemple,  d'écouter l'interview accordée par le général Faustin Munene depuis le Congo-Brazzaville et diffusée le 26 juillet dernier sur les antennes de RFI. L'ancien chef d'Etat-major général des forces armées congolaises, l'un des rares sinon le seul survivant des généraux bantous congolais venus dans les rangs de l'AFDL, y dénonce formellement un complot ourdi par les Rwandais (il n'y fait pas mention des Tutsis) et visant la balkanisation du Congo.  Il me semble que, vu le nombre d'années pendant lesquelles le général Faustin Munene fréquenta les Rwandais, Tutsis et Hutus confondus; étant donné  aussi les hautes fonctions qu'il assuma à la tête des forces de défenses congolaises, son affirmation mériterait d'être prise en sérieuse considération.  Toute personne qui osera le contester devra d'abord justifier de son grade,  de ses fonctions, de son expérience et de sa connaissance générale du sujet. Autrement, il ne s'agira que de flatulences nauséabondes dont les Congolais sont coutumiers et avec lesquelles ils empestent le Net. 

Attendez-vous, mon cher Tamba, à recevoir  de moi, prochainement, un argumentaire  sur "plan d'occupation du Kivu" qu'il vous faudra réfuter de façon beaucoup plus convaincante que les arguties, trop légères à mon goût pour ébranler mes convictions pour insinuer le doute chez quiconque d'autre,   que vous avez pris le risque d'étaler dans votre dernière production littéraire. 

En attendant,  

prenez bien soin de vous, 

cordialement vôtre

 

Kwebe Kimpele

Я верю, что он никогда не узнает тот факт, что я общался с вами.

Высокий, хорошо одетый мужчина негр средних лет, улыбаясь, спустился и прошел вперед.

Поэтому будет исполнено только то, что клиент скажет.

Выглянув из воротника, он увидел старика, встающего из-за стола.

Я вычислил координаты той "Shell32 dll скачать windows xp"самой неподвижной точки, о которой говорил Архимед, похваляясь, что сможет перевернуть земной шар.

Скоро, боялся он, добавятся еще и сирены.

Там, растянувшись на полу, "Тренинг "Эмоциональная компетентность в бизнесе""лежит человек.

В комнате не "Евпатий Коловрат"было никаких украшений, "Похищение на бис"на стенах не висели картины, на "Путешествие из Петербурга в Москву"окнах не было штор.

Черной и "Бедная мисс Финч"мрачной кажется громада крепости на "Дело не в кофе. Корпоративная культура Starbucks"фоне свинцового неба.

То же самое сказал "Любовь живет три года (кинообложка)"мне и старик "Лунный демон"Зеб.

Когда мистер Мускаменте говорил, он "Журнал учета инструктажей по пожарной безопасности"не любил, чтобы его прерывали.

Не найдя ответа "ЕГЭ. Английский язык. Практикум. Чтение"на эти вопросы, Росита побежала в дом и стала спрашивать мать.

Mise à jour le Jeudi, 13 Juin 2013 08:21

Commentaires  

 
0 #4 IPAU 14-12-2012 17:39
Merci beaucoup Kwebe, mais ici je voudrais poser la question a Joseph M. Pourquoi ne pas dire CONGO BELGE-Rwanda-URUNDI. On associe le Rwanda a Urundi separes de Congo-Belges.
Citer
 
 
0 #3 Joseph M 11-09-2012 20:16
On disait Congo Belge (et Ruanda-Urundi) et nom Congo et Ruanda-Urundi Belges tout simplement parce qu'on voulait distinguer le Congo Belge, dit Congo- Leopoldville, du Congo Francais dit Congo-Brazzaville ... Ce qu'affirme Kwebe pour faire cette difference entre Congo Belge (et Ruanda-Urundi) et non Congo et Ruanda-Urundi Belges n'est que son point de vue, et ne doit pas etre utiliseee pour fausser l'histoire ... D'ailleurs, lui, Kwebe, est un intellectuel de renommee incontestable. Ca m'etonne meme qu'il ne parvienne pas a distinguer le Ruanda avec u du Rwanda avec w ...
Citer
 
 
0 #2 Guy Ngel ea ntando 30-08-2012 21:22
Merci beaucoup cher compatriote Kwebe je suis vraiment fier de vous et de mon pays, de ce que ces fils sont aussi capable de le défende très bien. Nous avons été avec qu'eux à l'école primaire, au sécondaire et mme^me à l'université, nous n'avions jamais entendu ni de notre part voire me^me de leur part l'appellation de TUTSI CONGOLAIS, jamais.ça me fait rire me^me le HUTU congolais. Non je suis très fier de vous mon frère KWEBE. Oza important na pays na biso mwana mboka
Citer
 
 
+1 #1 agwabi 09-08-2012 08:09
impossible présence de Tutsi au Congo avant l'EIC.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir